Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Autoroute

Une autoroute est une route réservée à la circulation des véhicules motorisés rapides (automobiles, motos, poids lourds) et dont le tracé permet de circuler avec une sécurité optimale.

Par analogie, on parle d'autoroutes de l'information pour qualifier les réseaux de communication à haut débit qui permettent l'échange de données entre systèmes informatiques.

Sommaire

Caractéristiques

Une autoroute présente les caractéristiques suivantes :

Cette infrastructure permet de rouler à des vitesses moyennes nettement plus élevées que celles permise sur les routes normales tout en conservant un niveau de sécurité acceptable.

L'autoroute constitue un monde clos au sens propre (délimité par des clôtures) et dispose de services aux automobilistes : stations-service, aires de repos, restaurants appelés « restoroutes », ainsi que de services de dépannage spécialisés.

Visibilité des intervenants

Les personnels intervenant sur les autoroutes (personnels des sociétés d'exploitation, sapeurs-pompiers, police, ouvriers des travaux publics...) doivent avoir une tenue à haute visibilité. Dans l'Union européenne, les vêtements doivent suivre la norme EN 471 : les vêtements doivent avoir au minimum

En France

La loi n° 55-435 du 18 avril 1955 et les textes qui ont suivi ont doté les autoroutes d'un statut juridique particulier. Contrairement à la voirie de droit commun, les riverains ne bénéficient pas d'un droit d'accès ; les points d'échanges sont limités et sans croisements. Seules certaines catégories de véhicules y ont accès (en sont notamment exclus les piétons, les cycles et d'une façon générale les véhicules non motorisés ou particulièrement lents, cf. l'article R421-2 du code de la route). En principe, le domaine public autoroutier est réservé au seul usage routier, ce qui y interdit l'installation de câbles, conduites ou pylônes non directement liés à sa mission.

Le système autoroutier français est en grande partie à péage. Il comporte environ 9 300 kilomètres de routes. Les péages sont basés sur un forfait ou sur la distance parcourue.

En France, selon l'article R413-2 du code de la route, la vitesse maximum est fixée à 130 km/h en rase campagne (110 km/h par temps de pluie) ; c'est l'une des vitesses limite les plus élevées d'Europe et d'Amérique du Nord.

La vitesse est limitée à 110 km/h dans les zones urbaines et dans certaines sections de tracé plus difficile (100 km/h par temps de pluie), voire à 90 km dans certaines zones dont la zone proche de Paris. La vitesse mimimum sur la voie la plus à gauche est fixée dans les conditions normales à 80 km/h. La circulation et le stationnement sur la bande d'arrêt d'urgence ou sur la bande centrale sont interdite (art. R412-8 et art. R421-5 du code de la route), sauf nécessité (panne mécanique), évitement d'un accident, art. R421-7) et véhicule d'intervention d'urgence. Il est également interdit de faire demi-tour ou marche arrière (y compris aux gares de péage).

Autoroute A10, desservant le sud-ouest de la France au départ de Paris
Agrandir
Autoroute A10, desservant le sud-ouest de la France au départ de Paris

La construction et l'entretien du réseau autoroutier français sont assurés

Le système de numération regroupe les autoroutes selon la région. Les autoroutes A1, A3, A4, A5, A6, A10, A13, A14, A15 et A16 rayonnent de Paris avec l'A2 et l'A11 s'embranchant respectivement sur l'A1 et l'A10. Les 1x sont utilisées pour les autoroutes partant d'Île-de-France ou celles en Normandie. Les 2x sont situées dans le nord de la France, les 3x au nord-est, les 4x sont situées dans la région Rhône-Alpes, les 5x sur la Côte d'Azur, les 6x dans le sud-ouest, les 7x sont dans le centre du pays et les 8x à l'ouest. Les 9x sont actuellement inutilisées, mais les 9xx avaient un temps été utilisées en Normandie, avant d'être remplacées par les 1xx. Les numéros à quatre chiffres (1xxx) ont été abandonnés en 1999.

A noter qu'en France, les panneaux signalant les autoroutes portent des inscriptions en blanc sur fond bleu, tandis que les panneaux signalant les grands axes non autoroutiers ont un fond vert. La France se démarque ainsi du reste de l'Union européenne (fond vert pour les autoroutes).

Sécurité

Les autoroutes ont été conçues pour assurer une sécurité maximale si l'on en respecte les règles (notamment de vitesse limite, de distance de sécurité et de courtoisie). Outre les éléments déjà évoqués — pas d'intersection, chaussées séparées, large rayon de courbure, voies d'accélération et de décélération longues, présence d'une bande d'arrêt d'urgence — notons :

Voies de type autoroutier

Certaines voies (routes nationales ou départementales) ont des portions de type autoroutier (chaussées séparées, en général sans intersection, réservées aux véhicules à moteur suffisamment rapides), sans toutefois respecter toutes les normes (par exemple absence de bande d'arrêt d'urgence ou de glissière de sécurité sur le bord extérieur). Ces voies sont appelées « voies express » et sont signalées par un panneau bleu bordé de blanc avec une silhouette de voiture blanche. La vitesse sur ces routes est en général limitée à 110 km/h (100 km/h en cas de pluie, art. R413-2 du code de la route).

Ces portions à chaussée séparée sont souvent mises en place pour permettre le dépassement dans de bonnes conditions des poids lourds par les véhicules légers, ou bien pour le contournement des villes, on parle alors de « rocade » ou de « périphérique ». La plupart de ces portions sont gratuites, bien que cela ne soit pas systématique. En Bretagne, il n'y a aucune autoroute, uniquement des voies express ; il s'agit d'une volonté politique de permettre le transport routier dans de bonnes conditions sans faire payer les usagers.

Le boulevard périphérique de Paris, surnommé « le périph' », est une voie express particulière. Il est doté de chaussées séparées et d'échangeurs permettant que les intersections ne s'y fassent pas à niveau, mais la circulation y est soumise à la priorité à droite (les véhicules circulant doivent laisser la priorité aux véhicules entrants). De fait, la circulation se fait sur les deux voies de gauche afin de ne pas être gêné par les véhicules entrants. Cet usage est contraire à l'habitude : le code de la route qui impose la conduite sur le bord le plus à droite en temps normal, mais sur le périphérique, la voie de droite est explicitement indiquée comme voie de sortie, le nom de la porte suivante étant mentionné (cf. article R412-9 du code de la route). Cependant, certains conducteurs, par habitude, adoptent le même comportement sur autoroute, alors qu'il n'y est absolument pas adapté (il gêne notamment les manœuvres de dépassement).

Anecdote

En France, à l'un des nombreux péages, les conducteurs de voitures britanniques (au volant à droite) seuls à bord, donc n'ayant pas un accès direct au caissier à cause de leur poste de conduite à droite, tendent le ticket et les billets dans le filet d'un haveneau pour pêche à la crevette puis récupérent la monnaie et le reçu par le même canal.


Voir aussi

Au Québec

Image:a-15.png Image:a-20.png Image:a-40.png
Exemples de panneaux autoroutiers au Quebec

Le système d'autoroutes dans la province du Québec, Canada, est un réseau qui fonctionne selon le même principe d'accès limité que le système Interstate aux États-Unis ou les routes 400 dans l'Ontario. Les autoroutes sont l'épine dorsale du système routier du Québec, qui comporte près de 20 000 kilomètres de routes. La limite de vitesse sur les autoroutes du Québec est de 100 km/h dans les secteurs ruraux et de 70 km/h dans les secteurs urbains.

Les autoroutes sont identifiées par les boucliers bleus et rouges et au-dessus, une image rouge représentant un pont qui croise une route. Les autoroutes du Québec sont numérotées de 1 à 99 dans le cas de principaux itinéraires, et de 400 à 999 dans le cas des itinéraires secondaires ou de déviations. Les itinéraires sont conçus pour que les camions puissent éviter les secteurs urbains. Dans le cas des itinéraires de déviation, le préfixe de centaines est pair (par exemple, 400, 600), tandis que les itinéraires de collecteur ont les préfixes impairs (par exemple, 500, 700, 900). Par exemple, A-40 est une autoroute, l'A-640 est un itinéraire de déviation, et l'A-740 est un itinéraire de collecteur liant l'A-40 aux autres autoroutes.

Les autoroutes impaires (par exemple, A-15) vont du nord au sud, alors que les paires (par exemple, A-20, A-40) vont d'est en ouest. En outre, chaque autoroute a un nom unique en plus de sa désignation numérique et il est banal que les autoroutes soient identifiées en utilisant l'une ou l'autre méthode (par exemple, la Décarie, la 15).

En Belgique

Les autoroutes sont éclairées et gratuites. La vitesse y est limitée à 120 km/h ainsi que sur les routes à 4 voies séparées par un terre-plein central.

En Suisse

Les autoroutes sont à deux fois deux voies avec bande d'arrêt d'urgence. Les sections autour de quelques villes sont à deux fois trois voies. La vitesse est limitée à 120 km/h. Une vignette autocollante annuelle est obligatoire pour emprunter toute section d'autoroute.

En Italie

L'Italie applique la limitation à 130 km/h (110 en temps de pluie), mais le nouveau code de la route entré en vigueur le 1er janvier 2003 permet aux propriétaires ou concessionnaires du réseau de porter la vitesse limite sur certaines sections à trois voies à 150 km/h pour autant qu'une signalisation adéquate soit installée.

En Allemagne

Histoire

Les « autobahnen » furent d’abord conçues, planifiées et construites dans un cadre limité pendant la république de Weimar dans les années 1920, mais à part l’AVUS à Berlin on ne dépassa pas le stade des projets à cause des problèmes économiques et du manque de soutien politique. L’un des projets d'initiative privée, HaFraBa, qui prévoyait une « route réservée aux voiture » (le terme « Autobahn » ne fut créé qu’en 1929) traversant l’Allemagne du nord au sud depuis Hambourg jusqu'à Bâle en Suisse en passant par Francfort-sur-le-Main

Quelques jours après la prise du pouvoir par les nazis en 1933, Adolf Hitler adopta avec enthousiasme un projet de construction d’autoroutes et nomma Fritz Todt comme inspecteur général. Rapidement, plus de 100 000 personnes s’affairaient partout en Allemagne dans l’Organisation Todt. Non seulement, elle procutait des emplois, mais elle améliorait l’infrastructure nécessaire pour les efforts de rétablissement économique ; le projet fut aussi un grand succès de propagande. Un autre but était de renforcer le centralisme et l’unité nationale.

La première section, de Francfort à Darmstadt, ouvrit en 1935.
Les lignes droites furent utilisées pour établir des records de vitesse par les équipes de course de grand prix de Mercedes-Benz et Auto Union, jusqu’à l’accident fatal du populaire coureur allemand Bernd Rosemeyer au début de 1938. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les autobahns furent utilisées comme aéroport auxiliaire, les avions étant garés dans les nombreux tunnels ou camouflés dans des bois avoisinants.

Après la guerre de nombreuses sections étaient très endommagées par les bombardement alliés. Dans la partie occidentale, elles furent rapidement réparées, mais dans la zone orientale, contrôlée par les Soviétiques et le gouvernement polonais, elles furent négligées et restèrent longtemps des ruines. Dans les années 1980, la politique suivie fut de mettre chaque ménage moins de 10 km d'une bretelle d’accès? Après la réunification, les efforts se sont portés sur la partie orientale.

Densité actuelle

Le 1er janvier 2003, la longueur du réseau était de 11 980 km, dont une gande partie sans limitation de vitesse (sauf celles imposées par les conditions climatiques et la circulation), second derrière celui des États-Unis d'Amérique. Certaines sections sont à trois voies, plus une voie d’urgence, mais il en reste encore dans la forme d’origine à deux voies sans voie d’urgence et avec des rampes d'accès courtes. Elles sont gratuites.

Encombrement et vitesse de circulation

En principe, les véhicules lourds ne peuvent engager un dépassement si leur vitesse n'est pas supérieure d'au moins 20 km/h à celle du véhicule de la voie de droite, mais les chauffeurs, soumis à de fortes pressions pour arriver à l’heure, ne respectent pas toujours cette règle. La police ne réprime pas ces infractions, pour des raisons à la fois économiques et politiques, car beaucoup de camions viennent de pays étrangers. Donc, sauf le dimanche où ils sont interdits de circulation, ils doublent et bouchonnent.

Les grandes routières contemporaines, y compris celles à moteur Diesel, dépassent facilement les 200 km/h en pointe, et la plupart des fabricants, suivant un accord tacite, limitent artificiellement le plafond de vitesse à 250 km/h pour tenir compte des impondérables et d’une relative difficulté à maîtriser tous les paramètres, y compris le risque d’éclatement de pneu par exemple en cas de sous-gonflement. Mais ces limiteurs peuvent être facilement débranchés, aussi les dépassements de vitesse supérieurs à 300 km/h ne sont pas rares. Les accidents sont plutôt moins fréquents qu’ailleurs mais lorsqu’ils surviennent, les lois de la cinématique peuvent faire des ravages.

Citation

« L’autoroute doit être continue comme le réseau sanguin, elle doit irriguer sans interruption sous peine que se constituent des goulots d'étranglement qui ôteraient l'essentiel de la vitalité économique. L'autoroute doit être liée aux pays étrangers. L'autoroute est un instrument de travail mais aussi un instrument de libération. Elle a donné la possibilité à l'homme d'échapper aux contraintes des transports en commun, de partir quand il veut, pour, et où il le veut. Elle lui a permis de retouver la géographie de son pays et son histoire. »

Georges Pompidou, le 29 octobre 1970, à l'occasion de l'inauguration de la liaison Lille-Paris-Lyon-Marseille. (Citation relevée sur le site de la SAPRR).






This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia