Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Charia

Religion
Les trois monothéismes
judaïsme - christianisme - islam
180px
Cet article fait partie de la série
Islam
Les cinq piliers
La profession de foi
La prière - L'aumône
Le jeûne
Pèlerinage à La Mecque
Villes saintes
La Mecque - Médine
Jérusalem
Nadjaf - Kerbala
Événements et Fêtes
Calendrier musulman -
Aïd el-Kebir - Hégire
Achoura - Arbaïn
Constructions religieuses
Mosquée - Minaret
Mihrab - Qibla
Religieux
Muezzin - Imam - Mollah
Ayatollah - Mufti
Textes et lois
Vocabulaire de l'islam -
Coran - Hadith - Sunna
Sourate - Fiqh - Fatwa
Charia - Hisba
Mouvements
Sunnisme - Chiisme
Kharidjisme
Écoles
Hanafisme - Malékisme
Chaféisme - Hanbalisme
Wahhabisme - Salafisme
Duodécimains - Ismaélisme
Motazilisme - Druzes
Acharisme - Soufisme

La charia (šarīʿaʰ, charî‘a شَرِيعَة) est le code de jurisprudence religieuse musulman. Le terme signifie en arabe « fil conducteur dans la vie ».

Ce terme désigne la dimension exotérique de l'Islam concernant les domaines :


Sommaire

Origine

La charia a été codifiée au IXe siècle par deux théologiens juristes (fuqahâ en arabe), Ahmed ben Hanbal (740 - 855) et Shâfi'î (767 - 820) suite au triomphe de la réaction hanbaliste et au massacre des motazilites sous le successeur du calife éclairé Haroun Al Rashid (Al Rachid = l'inspiré).

Organisation

La charia classe les actions humaines en cinq catégories :

  1. ce qui est obligatoire, comme le respect des cinq piliers de l'Islam,
  2. ce qui est recommandé, comme le mariage,
  3. ce qui est indifférent (mubâh),
  4. ce qui est blâmable (makrûh), comme le célibat ou le divorce,
  5. ce qui est interdit, comme les délits pénaux (vol, meurtre, etc.) ou les restrictions alimentaires (porc, alcool, etc.).

Ses formulations sont de 2 ordres :


la loi

Elle désigne la visibilité pratique de l'Islam. Elle vise à organiser et structurer la société selon un projet global basé sur une philosophie du droit. Ses juges se nomment des cadis (qâdi).

A Mayotte (collectivité d'outre-mer française), la laïcité est fondée sur un principe similaire à celui des régions concordataires, la sharya'a est, pour partie, intégrée au droit français pour ce qui concerne la population majoritairement musulmane. En conséquence, le préfet nomme un cadi.

article spécialisé : laïcité en France

La loi est structurée en deux parties :

La fatwa

La fatwa est une norme mobile, de l'ordre du conseil et/ou de la responsa. C'est une jurisprudence correspondant à un cas d'application inattendu, inoui.

Problèmes d'herméneutique contemporaine

Caducité

Certaines dispositions de la chary'a sont caduques du fait de l'évolution de la société ; il devient donc inutile de les préserver. Tel est le cas des questions concernant l'esclavage.

Selon Leila Babès, des pratiques culturelles, c'est-à-dire contingentes ont été incorporées plus ou moins consciement dans le droit musulman aboutissant à une dégradation du message éthique de la révélation en religion du droit positif. Celui-ci tend à se dogmatiser et à revendiquer abusivement un statut d'orthodoxie alors que l'essentiel de la charia vise à une orthopraxie.

Dans son livre, Loi d'Allah, Loi des hommes, elle considère que le point d'arrivée est un système coercitif omettant le principe juridique fondamental en Islam que tout ce qui n'est pas expressément défendu est permis.

Transmission

Dans nombre de pays européens, dont la France, la Belgique et la Grande-Bretagne, les jeunes musulmans découvrent les mu'amalat par différents canaux :

Selon Tareq Oubrou, recteur de la mosquée de Bordeaux, ces instruments tiennent plus de la propagande que de la formation spirituelle en cela que la révélation s'y trouvé réduite à savoir s'il est licite de manger de la main gauche et quelle doit être la répartition des espaces sociaux entre hommes et femmes voire la séparation entre femmes voilées et non voilées si par hasard elles sont admises.

Tareq Oubrou regrette que les oulémas (sg: alim= sage, savant, érudit) européens ne s'expriment pas là-dessus et laissent faire.

La tendance actuelle des courants politiques extrêmistes à militer et à obtenir l'intégration de la charia dans la constitution conduit à la fossilisation des décisions sur la situation d'une société du IXe siècle et à leur conférer un caractère de dogme au lieu de loi.

De ce fait, les applications qui en sont faites, sont pour le moins inadaptées. La tendance d'assimiler une telle application de la charia à une globalité musulmane indifférenciée rèvèle un usage idéologique de la religion tout aussi fondamentaliste.

Par exemple, le Coran n'interdit pas le remariage d'une femme veuve alors que la charia telle qu'appliquée dans certains pays (nord du Nigeria) le proscrit. Juger les musulmans sur les applications excessives de la charia reviendrait à juger les chrétiens sur celles des lois inquisitoires du XIIIe siècle.

Cette dégradation d'un système éthique en législation et en administration des rapports sociaux quitte le registre vertical du rapport de l'homme à la transcendance pour s'investir dans la relation entre les croyants et les non-croyants, cette catégorie étant trop diversifiée pour la réduire au mot athée. L'injonction morale de prescrire le bien et de prévenir le mal s'adresse-t-elle à l'individu ou au pouvoir politique ?

Articles connexes





This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia