Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Georg Cantor


Georg Cantor
Agrandir
Georg Cantor

Georg Ferdinand Ludwig Philipp Cantor est un mathématicien allemand né à Saint-Pétersbourg en Russie, le 3 mars 1845 et mort de schizophrénie le 6 janvier 1918 à Halle en Allemagne.

Issu d'une famille de riches commerçants danois qui s'installe en 1856 en Allemagne, il intègre en 1862 l'Ecole polytechnique de Zürich, puis après la mort de son père, en 1863, l'Université de Berlin pour y étudier les mathématiques. Il aura comme professeurs Ernst Kummer, Karl Weierstrass et Léopold Kronecker.

En 1872, il est nommé chargé de cours à l'université de Halle où il obtient une chaire en 1879. Toute sa vie, il tentera vainement de quitter Halle, finissant par croire qu'il était victime d'un complot. Malgré l'amitié qui le lie à Dedekind, celui-ci refusera à son tour de s'installer à Halle.

Lors de ses premiers travaux, consacrés aux séries de Fourier, Cantor ressent la nécessité de définir ce qu'est un nombre réel, ce qu'il réalise en 1872 au moyen de suites de Cauchy de nombres rationnels.

Mais les travaux qui ont passé Cantor à la postérité sont sans conteste ceux portant sur la théorie des ensembles. Il démontre en particulier (la validité de ses démonstrations fut fortement contestée par Léopold Kronecker) qu'il existe plusieurs niveaux d'infini (infini dénombrable des entiers naturels, infini de la « puissance du continu » des réels, infini des espaces de fonctions), et qu'entre ensembles de la même classe on peut construire une bijection (autrement dit : il y a « autant » de nombre fractionnaires que d'entiers, de points dans un petit segment de droite que dans tout l'espace, ...). Ces travaux furent qualifiés par David Hilbert de paradis cantorien, mais la question de leur validité et leur utilité reste un sujet ouvert.

Il a également exhibé des ensembles aux propriétés déroutantes (comme l'ensemble de Cantor) qui préfiguraient l'étude des fractales.

Bibliographie


Signalons aussi le document électronique disponible sur le site de la BNF ([[3] ]) qui rassemble la majorité des œuvres de Cantor traduites en français : [1872], [1874], [1878], [1879], [1880], [1882], [1883a], [1883b], [1884]. Cela dit, si certaines de ces traductions ont été revues par Poincaré, d’autres sont souvent mauvaises et éparses, et sont donc à consulter avec toutes les précautions nécessaires. Voir la présentation de Pierre Dugac pour plus de détails.


This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia