Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Hans Christian Andersen


Hans Christian Andersen
Agrandir
Hans Christian Andersen

Hans Christian Andersen, (2 avril 1805 à Odense, Danemark - 4 août 1875) était un auteur et poète célèbre pour ses contes de fées.

Sommaire

Biographie

Il était le fils d'un jeune cordonnier malade et de son épouse plus âgée. La famille vivait et dormait dans une petite pièce.

Hans Christian montra une imagination précoce, laquelle fut encouragée par l'indulgence de ses parents et la superstition de sa mère. Son père décéda en 1816 et il fut entièrement livré à lui-même. Il cessa d'aller à l'école. Il construisit lui-même un petit théâtre jouet et resta chez lui à fabriquer des vêtements pour ses marionnettes, et lisant toutes les œuvres qu'il pouvait emprunter, parmi lesquelles celles de Ludvig Holberg et William Shakespeare.

Il souhaitait devenir chanteur d'opéra aussi il alla à Copenhague en septembre 1819. Là il fut pris pour un fou, rejeté aux théâtres et presque réduit à la disette, mais il fut pris en amitié par les musiciens Christoph Weyse et Siboni, et plus tard par le poète Frederik Hoegh Guldberg (1771-1852). Sa voix défaillit, mais il fut admis comme apprenti danseur au théâtre royal. Il ne faisait rien et perdit les faveurs de Guldberg, mais un nouveau patron apparu en la personne de Jonas Collin, qui devint un ami à vie.

Le roi Frederick VI était intéressé par le garçon étrange et l'envoya pour quelques années, pris en charge, à l'école de grammaire de Slagelse. Avant qu'il ne commence l'étude il publia son premier volume. Le Fantôme à la tombe de Palnatoke (1822). Andersen, un étudiant très médiocre et peu discipliné, resta à Slagelse et à une autre école à Elsinore jusqu'à 1827 ; ces années, disait-il, furent les plus sombres et amères de sa vie. Collin consentit enfin à le considérer comme éduqué et l'envoya à Copenhague.

En 1829 il obtint un succès considérable avec un roman fantastique intitulé Un voyage à pied depuis le canal Holmen jusqu'au point d'Amager, et il publia dans la même saison une farce et un livre de poèmes. Il devint en demande au moment où ses amis décidèrent que rien de bon ne pourrait jamais venir de son eccentricité et vivacité précoce. Il fit peu de progrès, cependant, jusqu'en 1833, quand il reçu un petit viatique du roi, et fit son premier long voyage en Europe. À Le Locle, dans le Jura il écrivit Agnète et la sirène?, et en octobre 1834 il arriva à Rome.

Tôt en 1835 la première nouvelle L' Improvisateur, sortit et obtint un vrai succès. La même année, 1835, les premiers épisodes de l'immortel Contes de fée (en danois : Eventyr) fut publié. D'autres parties, complétant le premier volume, apparurent en 1836 et 1837. La valeur de ces histoires ne fut pas perçue au départ, et elles se vendèrent lentement. Il eut plus de vente à ce moment là avec une nouvelle O.T. (1836), et un volume de sketches, En Suède ; en 1837 il produisit la meilleure de ses nouvelles, Seulement un bonimenteur.

Il tourna alors son attention, mais avec un succès éphémère, vers le théâtre, mais fit preuve de son vrai génie dans le charmant divertissement de 1840, l'Album sans image.

Andersen était un grand voyageur. Le plus long de ses trajets, en 1840-1841, l'emmena à travers l'Allemagne (où il fit son premier voyage en train), Italie, Malte, et Grèce jusqu'à Constantinople. Le voyage du retour emprunta la Mer Noire et le fleuve Danube. Son récit de cette expérience est Bazar d'un poète (1842), en général considéré comme le meilleur de ses livres de voyage.

Cependant la renommée de ses Contes de fée avait progressé nettement ; une seconde série commença en 1838, une troisième en 1845.

Andersen était maintenant célébré partout en Europe, bien qu'au Danemark lui même il restait de la résistance à ses prétensions. En juin 1847 il paya une première visite en Angleterre, et profita d'un triomphe ; quand il partit, Charles Dickens le vit partant de la jetée de Ramsgate. (Peu de temps après Dickens publia David Copperfield, dans lequel son personnage Uriah Heep est dit avoir été modelé sur Andersen—un compliment de la main gauche, pour dire le moins.

Après ceci Andersen continua de beaucoup publier; il désirait toujours exceller comme novelliste et dramatiste, ce qu'il ne pouvait pas faire, et il dédaignait les charmants Contes de fée, dans la composition de laquelle son génie existe. Néanmoins, il continua à les écrire, et en 1847 et 1848 deux nouveaux volumes apparurent. Après un long silence il publia en 1857 une autre nouvelle Être ou ne pas être. En 1863 après un trajet très intéressant, il publia un autre de ses livres de voyage En Espagne.

Ses Contes de fées ont continué à paraître (en épisodes) jusqu'en 1872, où, à Noël, les dernières histoires furent publiées. Au printemps de cette année, Andersen se blessa gravement en tombant du lit. Il ne s'en remit jamais vraiment mais vécut jusqu'au 4 août 1875, où il mourut tranquillement dans sa maison Rolighed, près de Copenhague. Il est enterré au cimetière Assistens, à Copenhague, au Danemark.

Nom

La plupart des sources françaises (anglaises ou allemandes) utilisent le nom de « Hans Christian Andersen », mais au Danemark ou en Scandinavie il est plutôt connu comme « H. C. Andersen ». L'emploi des seules initiales du prénom (un peu comme le font les américains avec le deuxième prénom) est largement admis au Danemark, même s'il n'y a pas de règle générale.

Œuvres

Ses contes les plus connus sont :

Autres articles

Liens externes

Le texte des contes est aujourd'hui dans le domaine public.



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia