Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Littérature du XVIe siècle


140px
Cet article fait partie de la série
Littérature
Littérature francophone

Écrivains - Livres

Histoire littéraire

Antiquité - Moyen Âge
XVIe s. - XVIIe s.
XVIIIe s. - XIXe s.
XXe s. - XXIe s.

Formes littéraires

BD - Conte - Jeunesse
Nouvelle - Théâtre
Poésie - Roman

Genres littéraires

Biographie - Fantastique
Roman noir
Roman policier
Science-fiction

Voir aussi

Courants littéraires
Prix littéraires
Écriture

Litt. non francophone

anglaise - arabe
brésilienne - chinoise
en espéranto - espagnole
états-unienne - finlandaise
germanique - grecque
hongroise - indienne
irlandaise - italienne
japonaise - latine
portugaise - russe
suédoise - vietnamienne

Méta

Le projet littérature
Portail Littérature


Sommaire

Contexte historique

Le XVIe siècle est le siècle de la Renaissance, une période de progrès dans tous les domaines. L'invention de l'imprimerie à caractères métalliques, par Gutenberg, vers 1450, permet l'essor du livre qui diffuse la culture antique comme les œuvres modernes. Le Nouveau Monde est découvert, c'est la découverte (et le massacre) de nouvelles civilisations. La preuve de l'Héliocentrisme(ca veut dire le soleil au centre de l'Univers, et pas la Terre), apportée par Copernic en 1453, bouleverse l'idée de la place de l'homme qui n'est plus au centre de l'univers, ainsi que de la réalité scientifique des Écritures sacrées.

(Voir Renaissance pour plus de détails...) Par ailleurs l'art de la Renaissance s'inspire de la culture italienne et cherche à revenir aux sources des textes antiques. Au XVIème siècle la France se construit autour du pouvoir royal qui œuvre à unifier la langue française. Ces évènements influent sur la littérature du XVIème siècle.

La philosophie humaniste apparaît durant cette période. Elle voit la dignité de l'homme dans ses capacités à cultiver la raison pour comprendre le monde et se comprendre, et s'inspire de l'antiquité et des valeurs chrétiennes telles qu'elles sont exprimées dans l'évangile. Cette philosophie s'accorde aux découvertes scientifiques de l'époque, comme l'étude du mouvement de la terre et des planètes, ou l'exploration des continents américains et asiatiques.

François Rabelais (1494?-1553) a été homme d'Église et médecin ; ses romans comme Pantagruel puis Gargantua (père de Pantagruel) allient truculence et érudition, et développe un humanisme optimiste qui croit en l'homme et en son libre arbitre sans cesser de croire en Dieu.

Les premiers poèmes de Clément Marot (1496-1544) s'inspirent de la tradition du Moyen Âge, puis il développe un art plus personnel, plus sentimental et plus lyrique. Les poèmes de Maurice Scève (1501?-1564?) et Louise Labé (1524-1566) chantent les sentiments amoureux avec beaucoup de sensibilité et de sincérité.

Les poètes Joachim du Bellay (1522-1560) et Pierre de Ronsard (1524-1585) -- qui est par ailleurs l'auteur de nombereux poèmes amoureux -- travaillent à développer le vocabulaire et la grammaire française ; le français moderne leur doit beaucoup.

À la cour du roi, Margurerite de Navarre (1492-1549) a pris soin de soutenir les hommes de lettres auprès de François Ier, son frère ; elle est aussi auteur d'un recueil de courtes histoires sur les mœurs de son temps.

Les guerres de religion (1562-1598) ternissent la fin du siècle. La philosophie de Michel Eyquem, seigneur de Montaigne (1533-1592), traduit ces troubles. Elle est humaniste, mais sans l'optimisme associé au progrès qui était présent au début du siècle. Sa philosophie, comme celle d'Étienne de La Boétie (1530-1563) dont il est l'ami, consiste à accepter la faiblesse de la condition humaine, rechercher le bien de l'homme et combattre l'intolérance. Sa manière de vivre, ses expériences et les réflexions qu'elles entraînent est l'objet de son œuvre principale, appelée pour cette raison « Les Essais ».

Les écrits de Théodore Agrippa d'Aubigné (1552-1630) et les pièces de théâtre de Robert Garnier (1545-1590) sont tragiques et morbides, en accord avec la barbarie de l'époque. Tous les deux, le premier protestant militant et le second catholique, s'accordent sur l'espérance d'un réconfort divin venant après ces temps de fureur.

L'humanisme

Dans ce contexte de bouleversement, un hollandais appelé Érasme va inventer une nouvelle sorte de littérature, L'Humanisme... L'idéologie humaniste est représentée par six points :

1°) Libre pensée et libre interprétation des textes antiques et sacrés.

En effet, à l'époque, l'Église était la seule à traduire ces textes et les modifiant...(par exemple les passages païens chez les écrivains grecs.
De nombreux humanistes (comme Rabelais) deviendront moines pour pouvoir avoir accès à ces textes librement, et en publier une libre interprétation, parfois sous un pseudonyme.
De la même manière, l'apprentissage du latin, du grec, de l'hébreu et des langues européennes étaient essentiels pour pouvoir avoir accès aux textes en langue originale. Toutefois, à l'époque, cela était mal vu par l'Église qui assimilait ces traductions à la Réforme protestante de Martin Luther et Jean Calvin... (Les textes de Rabelais étaient souvent censurés)

2°) Retour aux sources antiques.

De nombreux humanistes reprenaient les œuvres grecques ou romaines (voir Littérature antique). Dans la même optique, ils rejetaient le Moyen Âge et son « obscurantisme » (« Le brouillard épais et presque cimmérien de l'époque gothique » (Rabelais))

3°) L'apologie du savoir considéré comme extrêmement important.

La plupart des humanistes ont fait beaucoup d'études, à l'image de Rabelais, qui a fait des études de droit, de littérature, de théologie, de langues et de médecine.

3°) L'importance de la bonté et de l'humanité et la croyance en un monde bon et généreux.

« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. » (Pantagruel, de Rabelais).

4°) Un mouvement européen où Paris, Londres, Madrid, Rome et le nord de l'Italie, la Hollande, et l'Allemagne sont les grands centres de l'humanisme. De plus, l'humanisme prône l'importance des voyages qui ouvrent l'esprit, permettent les rencontres et accroissent la culture.

5°) La prise de position.

Si beaucoup ne prenaient position que dans leur livres, certains, comme Thomas More (conseiller du roi d'Angleterre, lequel le fit décapiter).

6°) Une nouvelle forme de religion.

L'homme croit toujours en Dieu et le respecte, mais n'a plus besoin de lui pour exister.

La Pléiade

À Paris, pendant la seconde moitié du siècle, apparait un groupe de poètes humanistes qui veulent égaler les auteurs latins en versifiant en francais. Pierre de Ronsard et Joachim du Bellay décident, durant leurs études au collège Coqueret, de créer leur propre groupe, appelé la brigade. Finalement, le groupe s'agrandit à sept personnes : Ronsard, Du Bellay, Jean Dorat (leur professeur de grec), Rémi Belleau (lequel remplaça, en 1554, Jean de la Péruse, décédé), Étienne Jodelle, Pontus de Tyard et Jean Antoine de Baïf.

Finalement, leur groupe prend le nom de Pléiade, en hommage à un groupe de sept poètes grecs du IIIe siècle av. J.-C., ayant eux-même tiré leur nom du mythe des Pléiades (les sept filles du Titan Atlas).

Auteurs et Œuvres

Le saviez-vous ?



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia