Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Mémoire

Sommaire

Humaine

Définition

La mémoire est une fonction psychique et neurologique associée à la perception et à l' inconscient que l'on ne peut que étudier par des expériences de rappel de listes de mots, ce qui fait intervenir la conscience. Elle est étudiée depuis l'antiquité, en ce temps elle était une discipline de la rhétorique et l'on assimilait le texte à retenir à des pièces d'une maison. Puis dans les années soixante, on assimila la mémoire aux circuits intégrés d'un ordinateur, cela s'appelait le connexionisme. Aujourd'hui on connait mieux les mécannismes de mémoire et on distingue le stockage du rappel de l'oubli.

Aujourd'hui les Sciences Cognitives et la Neurologie sont d'accord sur le fait qu'il existe non pas une mais plusieurs mémoires dont les plus importantes sont: La mémoire de travail qui concerne les syllabes et les idées et qui a remplacé la mémoire à court terme, la mémoire procédurale qui concerne les actions acquises par habitude et la mémoire déclarative qui concerne le savoir et la littérature. Et le rappel de données chez un être humain est toujours partiel à cause de la courbe de l'oubli d'Ebbinghaus.

Mémoire en psychologie

Beaucoup de recherches sur la mémoire en psychologie cognitive consistent à repérer et à décrire ses différents composants. Pour ce faire les psychologues se basent sur des résultats expérimentaux et sur les symptomes manifestés par des patients cérébrolésés.

Le plus influent de ces modèles structuraux de la mémoire est le modèle modal, qui divise la mémoire en trois sous-systèmes : registre sensoriel, mémoire à court terme et mémoire à long terme. La notion de mémoire à court terme a ensuite été profondément renouvelée par le concept de mémoire de travail.

En ce qui concerne la mémoire à long terme, plusieurs distinctions ont été établies :

En outre, de très nombreuses recherches en psychologie cognitive portent sur les formes de représentations mentales utilisées en mémoire à long terme.

Modèle modal de la mémoire

Le modèle modal divise la mémoire en trois sous-systèmes principaux. Ce modèle est une synthèse de nombreux résultats expérimentaux et représente la conception dominante de la mémoire humaine dans la psychologie cognitive de la fin des années 1960. Une formulation classique de ce modèle a été proposée par Atkinson et Schiffrin (1968).

Les trois composantes de la mémoire dans le modèle modal sont :

Pour Atkinson et Schiffrin, la probabilité de mémorisation en mémoire à long terme (c'est-à-dire d'un apprentissage durable) dépend uniquement de la durée de présence en mémoire à court terme.

Mémoire de travail

Dans le modèle modal, la mémoire à court terme joue un rôle particulier dans la cognition et particulièrement dans l'apprentissage d'informations nouvelles. Les preuves expérimentales de ce fonctionnement sont cependant limitées. Devant les difficultés de ce modèle, Baddeley et ses collègues ont proposé un nouveau modèle de la mémoire de travail composé de plusieurs sous-systèmes.

Les trois composants du modèle de Baddeley et Hitch sont :

Mémoire implicite et mémoire explicite

La distinction entre mémoire implicite et mémoire explicite recouvre approximativement celle entre mémoire procédurale et mémoire déclarative.

La mémoire procédurale permet l'acquisition et l'utilisation de compétences motrices comme faire du vélo, pratiquer un sport…

La mémoire déclarative est responsable de la mémorisation de toutes les informations sous forme verbale, c'est-à-dire celles que l'ont peut exprimer avec notre langage.

Mémoire épisodique et mémoire sémantique

L'idée de la nécessité d'une mémoire sémantique contenant des connaissances générales pour la perception et la compréhension du langage a été suggérée par les recherches en intelligence artificielle.

En psychologie, Endel Tulving a proposé la distinction entre mémoire sémantique et mémoire épisodique (mémoire des événement de la vie personnelle), notamment pour rendre compte des symptomes certains patients cérébrolésés présentant des troubles spécifiques à l'un de ces deux types de mémoire.

Mémoire et cognition située et distribuée

Alors que la plupart des modèles évoqués jusqu'à présent s'inscrivent dans la perspective du traitement de l'information en psychologie cognitive, certains auteurs proposent une vision radicalement différente de la cognition comme processus collectif inscrit dans l'environnement social et physique. Ces diverses perspectives sont généralement regroupées sous l'étiquette cognition située et distribuée.

Dans le domaine de la mémoire, on peut notamment cité le travail d'Edwin Hutchins sur le pilotage d'avions de ligne et la navigation maritime. Il décrit par exemple comment le traitement (mémorisation, rappel, utilisation) d'un paramètre comme la vitesse de l'avion se distribue entre les deux membres de l'équipage et les outils à leur disposition dans le cockpit. Il suggère ainsi que les processus cognitifs ne sont pas des phénoménes purement individuels mais le résultat de l'activité coordonnée des participants et de leurs instruments.

Mémoire en philosophie

La mémoire, elle, pose trois problèmes pour Paul Ricoeur. En premier lieu, se pose la question de sa formulation, celle d'une représentation de ce qui a été et donc obligatoirement subjective. La mémoire donne la trace présente de ce qui est absent puisque passé. Cela pose alors le problème de la frontière entre le réel et l'imaginaire car le rapport avec l'antériorité amène la question de ses représentations. En opposition à cela, l'histoire vise une certaine objectivité, elle n'est pas soumise à un regard particulier. Ensuite, dans ce même énoncé, apparaît aussi le regard porté aujourd'hui sur l'évènement narré. Bergson fixe cette problématique sur la reconnaissance et la survivance des images. Ainsi, il y a « une adéquation de l'image présente à la chose absente dont la mémoire a gardé la trace. » Donc, la mémoire ne peut se savoir qu'en sélectionnant ce qui doit être oublié. La mémoire inclue en mode de lecture du fait raconté. Enfin, cette même lecture sera perçue par autrui en fonction de la personnalité de l'énonciateur. La mémoire appartient à un individu. De ce fait, elle a aussi une désignation propre au sujet. La mémoire individuelle est ce par quoi l'individu constitue sa propre identité. Nous ajouterons à cela que la mémoire ne se soucie pas obligatoirement de l'enchaînement temporal des images. L'échelle du temps est par contre pertinente pour l'histoire ; elle tient compte des durées et des normes. Pour Pierre Nora, « parce qu'elle est affective et magique, la mémoire ne s'accommode que des détails qui la confortent ; elle se nourrit de souvenirs flous, télescopant, globaux ou flottants, particuliers ou symboliques, sensible à tous les transports, écrans, censure ou projections ». Dans son ouvrage Les cadre sociaux de la mémoire, Maurice Halbwachs définit la mémoire individuelle à partir de ses dimensions sociales : « Si nous examinons de quelle façon nous nous souvenons, nous reconnaîtrions que le plus grand nombre de nos souvenirs nous reviennent lorsque nos parents, amis, ou d'autres hommes nous les rappellent. » Il apparaît que c'est dans cette situation que nous mettons les personnes sollicitées pour faire leur récit de vie. Nombre de souvenirs n'émergent que parce la situation les sollicite. Les cadre sociaux de la mémoire sont les instruments dont l'individu se sert pour recomposer une image du passé en harmonie avec les demandes du moment.

Halbwachs explique que le « processus de localisation d'un souvenir dans le passé (…) ne consiste pas du tout à plonger dans la masse de nos souvenirs comme dans un sac, pour en retirer des souvenirs de plus en plus rapprochés entre lesquels prendra place le souvenir à localiser. » 3 L'utilisation de points de repères permet de faciliter l'expression de tel ou tel souvenir, sans pour autant que celui-ci soit en lien direct avec le référent. « Les points de repère sont des états de conscience qui, par leur intensité, luttent mieux que les autres contre l'oubli, ou par leur complexité, sont de nature à susciter beaucoup de rapports, à augmenter les chances de reviviscence. » Les principaux points d'appuis, qu'ils participent à l'histoire personnelle ou nationale, s'avèrent nécessaires au bon fonctionnement psychique des individus. Ribot dit que : « Si, pour atteindre un souvenir lointain, il nous fallait suivre la série entière des termes qu nous en séparent, la mémoire serait impossible à cause de la longueur de l'opération. » La mémoire collective est l'ensemble des faits du passé qui peuvent avoir pour effet de structurer l'identité d'un groupe. P. Nora dit : «  (…) il y a autant de mémoire que de groupes : elle est, par nature, multiple et démultipliée, collective, plurielle et individualisée. » 2 La cohésion au sein d'un groupe peut alors être assurée par le partage de la mémoire, elle peut inspirer les actions présentes. Les évènements définissent à chaque fois les actions individuelles dans divers groupes. Cette localisation du souvenir en utilisant les points de repères de notre mémoire ce fait car nous sommes des êtres sociaux. Les souvenirs relatifs aux groupes sociaux avec lesquels nous sommes en lien plus étroits et durables conservent la vivacité des souvenirs présents.. Le phénomène de la mémoire semble n'exister qu'aux travers des relations sociales qui rassemblent et organisent les souvenirs. La localisation se produit par la présence d'une zone commune d'intérêt à laquelle se rapporte le souvenir. Halbwachs, offrant une relecture de la morphologie sociale de Durkheim, avance que la vie sociale repose sur un substrat matériel, le rapport à ce substrat matériel n'existant que sous forme socialisée. C'est de l'existence sociale que découle la logique sociale qui rend compte de la nécessité d'une forme de vie sociale. La mémoire met ainsi à jour les référents sociaux que sont le langage, l'espace et le temps qui peuvent situer et délimiter les pratiques sociales. Les familles reproduisent « des règles et des coutumes qui ne dépendant pas de nous, et qui existaient avant nous, qui fixent notre place. ». La famille structure la mémoire commune par les rôles des uns et des autres. Seule la « communauté » familiale peut engendrer cette transmission des origines qui constitue aujourd'hui une partie de son identité. La reproduction des règles et coutumes qui ne dépendant pas de chacun à titre individuel mais du groupe famille fixe la place de chacun. Pour Halbwachs : « On retient les évènements collectivement constitués qui le portent dans le flux d'une vie à la fois dans le sentiment de parenté et dans les occupations communes. »

Dans ses travaux sur la psychologie des classes sociales, Halbwachs interroge la place assignée à chacun dans l'ensemble de la société. Il démontre que c'est bien dans la vie extra professionnelle que s'élaborent les mémoires collectives. « Chaque catégorie sociale détermine la conduite des membres qu'elle comprend, elle leur impose des motifs d'action bien définis. » 2 Chaque individu inscrit dans une communauté se fait une idée de ce qui est nécessaire à sa perpétuation. Cela l'amène donc à faire une interprétation de la dite société. Ainsi, dans chaque groupe, on « trouve la représentation du groupe lui-même et de ce qui lui convient. » 3 Halbwachs dit que la mémoire collective est constituée de souvenirs conforment à une interprétation des conditions de vie du groupe. Halbwachs considère que de façon plus ou moins consciente, chacun à des conceptions de ce qui doit être le rôle de tous au sein d'une famille. Les individus héritent d'une « conception générale de la famille », de ce que doit être une famille. L'application de ses normes implicites ne dépend pas des sentiments d'affection que chacun éprouve pour son entourage. Mais « l'expression de ses sentiments ne s'en règle pas moins sur la structure de la famille pour que le groupe conserve son autorité et sa cohésion. » 2 La famille permet de structurer la mémoire des enfants par les rôles de chacun dans les évènements communs. La mémoire peut aussi être un vecteur de transmission de l'habitus. Bourdieu définit l'habitus comme « un système de dispositions durables acquis par l'individu au cours du processus de socialisation. » Cela est confirmé par Bourdieu car les représentations sont construites sur une réalité objective induisant de nouveaux comportements adaptés à l'environnement. « L'habitus qui, à chaque moment, structure en fonction des structures produites par les expériences antérieures les expériences nouvelles qui affectent ses structures dans les limites définies par leur pouvoir de sélection, réalise une intégration unique, dominée par les premières expériences (…). » mémoire

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/La_m%C3%A9moire »

Mémoires Neurologiques

Courbe de l'oubli

Voir aussi

Bibliographie

Textes généraux

Alan Baddeley, Essential of Human Memory, Psychologie Press, Hove, 1999.

Un texte récent à mis chemin entre un livre grand public (texte accessible) et un manuel universitaire (peu d'illustrations, références bibliographiques complètes) par un des spécialistes les plus connus de la mémoire en psychologie cognitive.

Alan Baddeley, La mémoire humaine, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble, 1993.

La traduction française d'un texte un peu plus ancien du même auteur. Très complet et toujours d'actualité.

Articles originaux

Richard Atkinson & Richard Shiffrin, « Human memory: A proposed system and its control processes » in K. Spence and J. Spence (dir.), The Psychology of Learning and Motivation: Advances in Research and Theory, Vol. 2, pp. 89-195. New York, Academic Press, 1968.

Autres articles wikipedia

Informatique,Électronique

Électronique

Une mémoire est un système électrotechnique destiné à conserver pendant un certain temps: une information, un signal.

Analogique

Depuis les débuts de l'électricité les phénomènes électriques étant généralement très rapides à l'échelle humaine, les ingénieurs on chercher à conserver certaines informations pendant un temps suffisant afin de les analyser. Une multitude de systèmes ont vue le jour:

Numérique

En électronique dite numérique, le cas le plus courant est de chercher à mémoriser une information la plus simple possible: Généralement cela ce limite à enregistrer une tension ou une absence de tension. Il existe deux principaux type de système de mémoire:

Informatique



Théorie de la connaissance

Concept · Conscience · Croyance · Dialectique · Empirisme · Épistémologie · Espace · Imagination · Jugement · Langage · Logique · Mémoire · Métaphysique · Pensée · Phénoménologie · Philosophie du langage · Raison · Rationalisme · Réalité · Science · Science cognitive · Temps · Vérité



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia