Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Monarchie


La monarchie (du grec mono « seul », archein « pouvoir » : « pouvoir d'un seul ») est, à l'origine, un pouvoir légitimé par un lien spirituel qu'entretiendraient le tenant du pouvoir avec la ou les divinités.

Ici ne sera traité que l'aspect royauté de la monarchie bien qu'il en existe d'autres, comme la « théocratie pontificale ».

Sommaire

La royauté germanique

Chez les anciens Germains, le pouvoir royal était d'essence divine à travers le rattachement de la dynastie règnante à Woden (Odin).

Le roi et l'Église au Moyen Âge

À ce lien païen, se substitua à l'époque chrétienne la vision du roi comme un intermédiaire entre Dieu et ses sujets, entre le ciel et la terre. Se fondant sur une lecture de la Patristique (Saint Augustin dans la Cité de Dieu), la monarchie trouvait sa justification dans le fait que, de la même manière qu'un seul régnait dans les cieux, il était juste qu'un seul ne règnat sur terre.

Mais cette justification, associée à une confusion relative entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel se heurta de nombreuses fois aux prétentions du pape de Rome au pouvoir politique : notamment sous les pontificats de Léon IX et de Grégoire VII (1073-1085). Ce dernier, en particulier, développa la doctrine de la théocratie pontificale qui portait directement atteinte à l'étendue du pouvoir royal.

Pour les souverains pontifes, en effet, le pouvoir temporel devait demeurer soumis au pouvoir spirituel. Il est évident que les rois ne l'entendaient pas de cette manière. Outre l'excommunication, les papes bénéficiaient contre eux d'une arme juridique : une série de faux, forgés par la chancellerie pontificale, et dont le plus connu est la fausse donation de Constantin leur servaient à appuyer leurs prétentions au pouvoir temporel.

Les affrontements entre les rois trop indépendants et les Pontifes romains, affrontements qui concernèrent surtout les souverains du Saint Empire romain germanique, se multiplièrent sous les papes Innocent III et Innocent IV : ce sont ces derniers qui s'approchèrent le plus de la « théocratie pontificale » au XIIIe siècle.

Le roi de France

Au Moyen Âge, on considéra le roi de France comme souverain de droit divin - « par la grâce de Dieu » et on lui prêta des pouvoirs thaumaturgiques, comme le fait de guérir des écrouelles.

C'est le sacre qui conféra un caractère sacré au roi de France, à l'instar des rois Wisigoths ou d'Aragon.

Mais, fait unique parmi les monarques de la Chrétienté, le roi de France était aussi « oint » par l'archevêque de Reims. L'onction du Saint Chrême, une huile mélangée de balsame dont l'usage, prescrit dans tous les sacrements de l'Église, faisait aussi l'un des éléments du sacre des évêques, contribuait à faire du roi de France le « vicaire de Dieu », son représentant. Le roi de France, en raison du baptême de Clovis, était considéré comme le premier souverain de la Chrétienté. Voir Sacre

Se fondant sur la signification de l'onction, un mouvement de légistes et d'évêques français fidèles à la monarchie, nommé « gallicanisme », affirma suite à un conflit entre Philippe le Bel et Boniface VIII la liberté de l'Église française sur les plans théologique et juridique et la supériorité du roi de France à l'égard du pape en ce qui concernait le pouvoir temporel. Ainsi, au début du XIVe siècle, le roi de France contribua à l'échec de la théocratie pontificale.

La transmission du pouvoir royal

La transmission du pouvoir royal était généralement assurée par l'héritage du plus proche parent de la génération suivante : en ce cas, le régime est celui de la « monarchie héréditaire ». En théorie, cependant, le roi était « élu » – au sens premier, c'est-à-dire choisi – par ses pairs, les grands du royaume. Cette méthode devait permettre d'éviter que des incapabables n'accèdent au trône.

La monarchie aujourd'hui

De nos jours, l'étendue du pouvoir royal est très variable selon le pays où elle est exercée.

Dans certains cas, il ne s'agit que d'un pouvoir honorifique ou de représentation, certaines familles royales existant surtout par prestige. Au Royaume-Uni par exemple, on parle de monarchie de cérémonial.

Dans d'autres pays, notamment en Belgique, le roi assume la fonction de chef des armées, et bénéficie d'un certain pouvoir d'influence souvent très limité par la loi. On parle alors de monarchie constitutionnelle.

Plus rare de nos jours est le cas de la monarchie absolue telle qu'on peut la trouver au Maroc, où le roi possède toujours un pouvoir presque total.

Voir aussi

Monarchisme

Liens externes



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia