Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Réalité

Le mot réalité désigne plusieurs choses : les éléments effectifs qui constituent le monde, le monde dans son ensemble, ou ce qui est donné, ce qui est actuel dans la représentation. Les problèmes que pose ce concept sont des problèmes fondamentaux pour la science et la philosophie, mais la détermination de son sens semble être une tâche bien au-delà de nos facultés. La question la plus générale est de savoir ce que nous pouvons tenir pour réel, si une telle chose existe.

Néanmoins, certaines distinctions permettent de mieux cerner les sens de ce concept ; ainsi, on distingue (mais suivant les points de vue) classiquement la réalité :

Sommaire

Etymologie

L'étymologie renvoie au latin res, la chose. Une ligne possible de discussion repose sur la dichotomie chose - objet (par exemple, Bruno Latour). Une autre peut s'intéresser à celle entre réalité et vérité. Une troisième dichotomie féconde est celle entre objet et sujet. Ces oppositions ont donné naissance à diverses philosophies se partageant le nom de réalisme.

Il s'agit en fait tout au plus d'une conjecture : en effet, le concept n'est pas réfutable.

La définition naïve : la réalité est ce qui existe indépendamment du sujet, ce qui n'est pas le produit de la pensée, et qui est l'objet d'études des sciences (ce qui a aussi été appelé Nature), est donc intenable.

La science moderne s'intéresse en effet à des phénomènes reproductibles, et donc à des protocoles expérimentaux. Ces expériences nécessitent un sujet, un expérimentateur, ainsi qu'une ponction d'énergie, sous une forme particulière.

Des artéfacts, des conventions, des choses (au sens que donne Latour à ce mot pour désigner des entités abstraites par opposition aux objets concrets), peuvent donner lieu à ces phénomènes reproductibles, et donc accéder à la réalité. C'est le sens du titre de Herbert Simon : Les Sciences de l'artificiel.

Berkeley est un précurseur de cette approche avec sa devise Esse est percipi.

Réalité sensible et croyance

Une réponse spontanée à la question de savoir ce qui correspond à la réalité est : ce qui est donné par les sens, donc ce que l'on voit, ce que l'on touche, etc. On peut appeler cette position le réalisme naïf. Mais il y a au moins deux sens à cette réponse : ou bien les données des sens sont réelles du fait d'une certaine idée de la réalité (la doxa), ou bien ils sont la réalité. Dans les deux cas, qui en fait sont liés, la réalité sensible se révèle insaisissable et trompeuse. En effet, dans le premier cas le sensible est ontologiquement inconsistant, il n'est qu'un reflêt du réel véritable, son statut de réalité est difficile à déterminer ; dans le second cas, qui n'est éloigné du premier, le sensible est changeant, les réalités que nous y saisissons dépendent de la relation que nous avons avec elles, et les sens sont une source d'illusion. La réalité en elle-même est inconsistante. On voit donc que ces deux cas rencontrent le même type de problème qui met en cause le réalisme naïf.

Ces difficultés révèlent qu'ici la réalité est d'abord une affaire de croyance ; nous tenons quelque chose pour réel, le sensible, mais sitôt que les phénomènes se montrent contradictoires, cette croyance est ébranlée, le statut de la réalité sensible devient problèmatique. Il semble même impossible d'identifier sensible et réalité.

La réalité en soi et le scepticisme

Face à ces difficultés, il est possible d'identifier trois grands types de réponses :

La réalité dans les sciences

La question de savoir ce qu'est une table en réalité ne présente aucun sens. Il en va de même ainsi de toutes les notions physiques. L'ensemble du monde qui nous entoure ne constitue rien d'autre que la totalité des expériences que nous en avons. Sans elles, le monde extérieur n'a aucune signification. Toute question se rapportant au monde extérieur qui ne se fonde pas en quelque manière sur une expérience, une observation, est déclarée absurde et rejetée comme telle. (Max Planck, L'image du monde dans la physique contemporaine).

Définition de Richard Dawkins

Richard Dawkins estime qu'on peut définir la réalité comme ce qui vous riposte quand on donne un coup de pied dedans (« Reality is what can kick back »). C'est selon lui le seul critère qui permette de la distinguer sans discussion possible de l'illusion.

Cette définition particulière a pour effet de définir par exemple comme réelles :

Cette position est voisine de celle de l'écrivain Philip K. Dick pour qui « la réalité, c'est ce qui continue à s'imposer à vous quand vous cessez d'y croire ».

Bibliographie

Voir aussi

Existence | Idéalisme | Métaphysique | Ontologie | Réalisme | Phénomène | Perception


Théorie de la connaissance

Concept · Conscience · Croyance · Dialectique · Empirisme · Épistémologie · Espace · Imagination · Jugement · Langage · Logique · Mémoire · Métaphysique · Pensée · Phénoménologie · Philosophie du langage · Raison · Rationalisme · Réalité · Science · Science cognitive · Temps · Vérité




This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia