Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Thomas d'Aquin




Saint Thomas d'Aquin
Agrandir
Saint Thomas d'Aquin

Saint Thomas d'Aquin (né vers 1225 à Aquin (Italie) mort le 7 mars 1274) était un théologien et philosophe dominicain, considéré comme l'un des principaux maîtres de la scolastique et de la religion catholique pour laquelle il est un Docteur de l'Église.

Sommaire

Biographie

Thomas d'Aquin est né en 1224 ou 1225 au château de Rocca Secca, dans le royaume des Deux-Siciles ; de 1230 à 1235, il est oblat à l'abbaye bénédictine du Mont-Cassin. À partir de 1239, il étudie à l'université de Naples où il découvre sans doute Aristote avec des traductions à partir de l'arabe fournies par Frédéric II. Il entre dans l'ordre des dominicains (ordre alors jeune et suscitant l'enthousiasme religieux et intellectuel) en 1244, contre l'avis de sa famille qui voulait en faire l'abbé du Mont-Cassin.

Sa mère le fait alors enlever et l'assigne à résidence. Retenu pendant un an à Rocca Secca, il lit la Bible et le Livre des sentences de Pierre Lombard. Thomas ne changeant pas d'avis, sa famille finit par accepter son choix. Il est ensuite étudiant à Paris de 1245 à 1248, puis suit son maître Albert le Grand (dominicain commentateur d'Aristote) à Cologne jusqu'en 1252. Il est bachelier biblique (lectures commentées des Ecritures) à Paris de 1252 à 1254, puis bachelier sententiaire (i.e. commentateur du Livre des sentences du Lombard) de 1254 à 1256. De 1256 à 1259, il est maître en théologie (il est choisi avant l'âge requis). De 1259 à 1268, il enseigne la théologie en Italie, puis revient à Paris de 1269 à 1272, où il doit faire face à des attaques contre les Ordres Mendiants, mais aussi à des rivalités avec les franciscains et à des disputes avec certains maîtres ès arts (en particulier Siger de Brabant, dont la mort mystérieuse est racontée par Dante, qui évoque également de manière énigmatique la rivalité entre Thomas et Siger dans le Paradis de la Divine Comédie).

Il retourne ensuite à Naples en 1272, comme maître régent de l'école dominicaine. À partir du 6 décembre 1273, il cesse d'écrire, peut-être parce qu'il tient désormais ses œuvres pour vaines ; sa santé décline et, aphasique, il meurt le 7 mars 1274, au monastère cistercien de Fossa Nova, en se rendant au concile de Lyon.

Pour suivre l'enseignement d'Aristote au XIIIe siècle il va discuter et le plus souvent réfuter les commentaires d'Avicenne et d'Averroès, théologiens musulmans qui l'ont précédé dans la lecture d'Aristote. Averroès, par exemple, doutait de l'unicité de l'âme et de l'intellect, ce qu'entendait réfuter Thomas. Curieusement, Platon et Aristote avaient en leur temps exprimé un désaccord du même ordre.

La philosophie thomiste essaie de concilier l'autonomie humaine, l'immortalité de l'âme et la croyance en Dieu comme Cause Unique de tout bien. Sa certitude est que l'étude philosophique, aussi poussée soit-elle, ne contredira en aucun cas l'enseignement de la religion, puisque - écrit-il - les deux ont un même objet, qui est la vérité.

Après avoir été brièvement condamné en 1277, puis réhabilité, il est canonisé en 1323.

Théologie et philosophie

Selon Thomas, la philosophie étudie d'abord les êtres crées, pour s'élever ensuite à la connaissance de Dieu ; dans l'ordre de la théologie, au contraire, on commence par l'étude de Dieu, et c'est précisément cet ordre qui est suivi dans les Sommes. Dès lors, l'ordre de la théologie peut être ainsi spécifiée : « l'objet principal de la doctrine sacrée est de transmettre la connaissance de Dieu, non pas seulement selon ce qu'il est en lui-même, mais aussi selon qu'il est le principe et la fin des choses, spécialement de la créature raisonnable ». Philosophie et théologie diffèrent donc par l'objet premier de la connaissance humaine, et elles différeront aussi en conséquence par leur méthode : il y a un statut épistémologique propre à chacun de ces deux discours, ce qui pose la question de savoir si l'on aboutit dans les deux domaines à des vérités qui s'accordent ou non et de quelle manière. La thèse de Thomas est que foi et raison ne peuvent se contredire car elles émanent toutes deux de Dieu ; la théologie et la philosophie ne peuvent donc pas parvenir à des vérités divergentes.

Dieu selon Thomas

Selon Thomas, qui s'oppose à Bonaventure, l'existence de Dieu n'est pas une évidence : ce n'est pas une idée innée que tout homme à en lui et que la simple reflexion (pour écarter les préjugés, comme, plus tard, chez Descartes)lui fait découvrir. Thomas est aristotélicien : nous n'avons pas de notion naturelle d'un être infini, et nous n'avons aucune intuition intellectuelle.

Nous pouvons cependant connaître que Dieu est par la lumière naturelle, c'est-à-dire par la raison. Nous ne sommes pas encore ici dans la véritable théologie ; que Dieu est, c'est ce que montre la philosophie naturelle. Thomas reprend ainsi pour le montrer cinq voies de raisonnement pour saisir le réel existant.

La création

L'homme et sa destination

Anecdotes

Une phrase qui résume l'œuvre

« En matière de foi et de mœurs, il faut croire Saint Augustin plus que les philosophes, s'ils sont en désaccord ; mais si nous parlons médecine, je m'en remets à Galien et à Hippocrate, et s'il s'agit de la nature des choses, c'est à Aristote que je m'adresse, ou à quelque autre expert en la matière. »

La rédaction de la Somme théologique montre cependant que même en matière de foi et de mœurs il préféra apporter sa propre compilation d'arguments et ses propres conclusions que de s'en remettre à Augustin. On sait aussi par ailleurs qu'il avait toujours critiqué le point de vue d'Augustin qui se gaussait qu'on pût croire à la théorie des antipodes, conséquence de la rotondité de la Terre adoptée par Aristote.

L'avis de G.K. Chesterton

«Thomas d'Aquin fut l'un des grands libérateurs de l'esprit humain, en réconciliant raison et religion. Il lui ouvrit les voies de l'expérimentation scientifique, il rendit aux impressions sensorielles leur dignité de fenêtres de l'âme, et à l'intellect son droit divin à se nourrir de faits vérifiés. Il permit à la Foi de s'assimiler la substantifique moelle de la plus dense et la plus trapue des philosophies antiques.»

Bibliographie

Lien externes

Wikisource propose des textes du domaine public de Thomas d'Aquin

Voir aussi


Philosophie médiévale ( Modifier ce cadre )

Pierre Abélard · Albert le Grand · Anselme · Augustin d'Hippone · Averroès · Avicenne · Roger Bacon · Boèce · Guillaume de Champeaux · Duns Scot · Ibn Khaldun · Jean Scot Erigène · Raymond Lulle · Mysticisme · Nominalisme · Guillaume d'Occam · Roscelin · Scolastique · Thomas d'Aquin · Thomisme


Les principaux philosophes occidentaux

Présocratiques · Socrate · Platon · Aristote · Épicure · Plotin · Thomas d'Aquin · Machiavel · Bacon · Hobbes · Descartes · Spinoza · Malebranche · Leibniz · Locke · Berkeley · Hume · Rousseau · Kant · Hegel · Schopenhauer · Marx · Kierkegaard · Nietzsche · Husserl · Bergson · Russell · Heidegger · Wittgenstein · Sartre · Merleau-Ponty · Rawls



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia