Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Traité de Versailles



Traités de la
Première Guerre mondiale
Principaux
Traité de Versailles
Traité de St-Germain
Traité de Neuilly

Traité de Trianon
Traité de Sèvres
Traité de Rapallo (1922)

Annexes
Traité de Lausanne
Traité de Rapallo (1920)


Le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, dans la Galerie des Glaces du château de Versailles, marque la conclusion officielle de la Première Guerre mondiale, en fixant ses conditions de réglement, au terme d'une longue négociation entre les Alliés : le Français Georges Clemenceau, l'Anglais David Lloyd George, l'Américain Woodrow Wilson et l'Italien Vittorio Orlando.

Unis pendant la guerre, les Alliés ont des positions divergentes sur la manière de la conclure. Le président Wilson, qui dispose d'un grand poids puisque la victoire a reposé sur ses troupes, cherche à imposer ses Quatorze points et à ménager l'Allemagne, pour éviter qu'un esprit revanchard ne s'y développe. Clemenceau, à l'opposé, cherche à écraser l'Allemagne, par de lourdes indemnités, en limitant au maximum ses moyens d'action, et en offrant un maximum de garanties de sécurité à la France. Les deux autres pays européens suivent plus ou moins le Français.

Sommaire

Les dispositions

Le traité a pour bases les principes suivants :

Woodrow Wilson et les émissaires américains
Agrandir
Woodrow Wilson et les émissaires américains

Les principales dispositions du traité sont :

Les suites du traité

L'État polonais est créé par regroupement de morceaux venant des empires russe, austro-hongrois et allemand. Ses nouveaux territoires possédaient de fortes minorités germanophones, et le couloir de Dantzig qui lui donne accès à la mer est bien étroit, mais sépare l'Allemagne de la Prusse orientale.

Des traités annexes au traité de Versailles furent signés séparément avec chacun des vaincus. Les traités de Saint-Germain-en-Laye puis du Trianon avec l'Autriche-Hongrie qui est dépecée en :

Ainsi l'Allemagne se voit amputée de 15% de son territoire et de 10% de sa population, mais ce qui scandalise le plus les allemands, c'est la création du couloir de Dantzig. Cette étroite bande terre attribuée aux Polonais brise l'unité allemande en séparant la Prusse orientale du reste de la patrie. Ils vivent ce traité, qualifié de «Diktat» comme une humiliation terrible, qui bien loin d'apaiser les tensions, nourrira un profond désir de revanche qui deviendra un des thèmes majeur du discours hitlérien. Ces dispositions humiliantes peuvent donc être considérées comme l'origine de la montée au pouvoir d'Adolf Hitler et de son parti nazi, et l'une des causes principales de la Seconde Guerre mondiale.

Dès sa signature, ce traité est remis en cause. Les plénipotentiaires allemands ont été appelés uniquement pour signer, et n'ont rien pu négocier. Le Sénat américain refusa de le ratifier, et donc empêcha les États-Unis d'entrer à la SDN.

Autres dispositions territoriales

Trois États baltes sont créés : la Lituanie, qui comporte des minorités germanophone, polonaise et russe, la Lettonie et l'Estonie.

L'empire ottoman est également dépecé entre la France et le Royaume-Uni, aux traités de Sèvres puis de Lausanne. Un Kurdistan avait été créé par le traité de Sèvres, mais l'action de Mustafa Kemal Ataturk lui permit d'obtenir des conditions plus favorables à Lausanne.

Ainsi, tout ce grand chambardement qui nie le principe de la liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes suscita non seulement une rancœur profonde chez les Allemands, mais créa des États faibles et multinationaux, qui seront autant de nouvelles sources de tensions et succomberont facilement aux coups de l'Allemagne nazie.

Autres ressentiments

L'Italie, a aussi très mal vécu ce traité, et a parlé de «victoire mutilée» car les Alliés n'ont pas respecté les promesses faites durant le conflit concernant l'attribution des provinces de l'Istrie, de la Dalmatie et du Trentin. Les fascistes italiens sauront exploiter cette trahison et y trouveront un terreau propice à l'exaltation d'un nationalisme virulent.

La France qui est pourtant une des principales bénéficiaires des traités (retour de l'Alsace et de la Lorraine dans le giron français, démilitarisation de l'ouest de l'Allemange, dépeçage du vieil empire austro-hongrois, obtention d'un énorme montant pour les réparations financières), n'est pas encore satisfaite, car elle voulait obtenir l'occupation permanente de la rive gauche du Rhin et tentera de l'obtenir par tous moyens et au besoin par la force comme lors de l'occupation temporaire de la Ruhr en 1923.



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia