Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Utilité

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter. Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier  ».


Cet article fait doublon avec Utilité (économie). Il a été demandé de les fusionner sur la page prévue à cet effet.

Merci de n'y apporter aucune modification tant que cette fusion n'aura pas été effectuée et que ce message n'aura pas disparu.


Utilité décrit le fait de servir à quelque chose, d'être utilisable, tout simplement utile.


En économie, l'utilité est une mesure du bien-être ou de la satisfaction obtenue par la consommation d'un bien ou d'un service.

Le concept est utilisé dans les fonctions d'utilité, fonctions d'utilité sociale, optimum au sens de Pareto, boîtes d'Edgeworth. C'est un concept central de l'économie du bien-être.

La doctrine de l'utilitarisme voit la maximisation de l'utilité comme un critère moral de l'organisation de la société. Pour Jeremy Bentham (1748-1832) et John Stuart Mill (1806-1876), la société doit chercher à maximiser l'utilité totale des individus, cherchant 'le plus grand bonheur possible du plus grand nombre'(the greatest happiness for the greatest number).

La théorie de l'utilité fait l'hypothèse que l'humanité est rationnelle, c'est-à-dire que les individus maximisent leur utilité.

Utilité cardinale et ordinale

Les économistes ont élaborés deux mesures de l'utilité : l'utilité cardinale et l'utilité ordinale.

L'utilité est originellement vue comme une quantité mesurable, ce qui a pour conséquence qu'il est possible de mesurer une utilité pour chaque individu de la société et de sommer ces utilités afin d'obtenir une utilité totale. Le but de la société sera alors de maximiser l'utilité totale de la société, ou de façon équivalente l'utilité moyenne de chaque individu. Cette conception de l'utilité comme une quantité mesurable pouvant être agrégée entre les individus est appelée 'l'utilité cardinale'.

Quantitativement l'utilité cardinale mesure la préférence d'un individu envers certains biens. Les valeurs assignées à chaque bien et service peuvent être comparées. Une utilité de 100 unités pour un verre de vodka est deux fois plus désirée qu'une tasse de café qui a une utilité de 50 unités.

Le concept d'utilité cardinale souffre de l'absence de mesure objective de l'utilité lors de la comparaison des utilités entre individus.

Pour cette raison, l'économie néoclassique a abandonné l'utilité pour une analyse fondée sur les préférences.

Cela a conduit au développement d'outils telle la courbe d'indifférence pour expliquer le comportement économique.

Selon cette analyse, un individu préfère un choix à un autre. Seul l'ordre est important. Une utilité de 100 pour une glace n'est pas deux fois plus désirée qu'une utilité de 50 pour un bonbon. Tout ce qu'on peut en déduire c'est que la glace est préférée au bonbon.

Il est néanmoins possible, pour un ensemble de préférences données, de trouver une fonction d'utilité qui expliquera ces préférences. Une telle fonction d'utilité prend des valeurs supérieures pour les choix que l'individu préfère. La fonction d'utilité est largement utilisée en économie moderne.

Une fonction d'utilité décrivant les préférences des individus n'est pas unique. Cette approche est connue sous le nom d'utilité ordinale. Il n'est pas possible dans cette approche de comparer les utilités entre individus, ou de trouver une utilité totale de la société comme les utilitaristes l'espéraient.



Portail Économie - accédez d'un seul coup d'œil à toute la série des articles « Économie » de Wikipédia





This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia