Page d'accueil encyclopedie-enligne.com en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Woodrow Wilson


Woodrow Wilson

Thomas Woodrow Wilson

N° d’ordre : 28e président des États-Unis d’Amérique
Mandat : 4 mars 1913

4 mars 1921

Date et lieu de naissance : 28 décembre 1856

à Staunton, Virginie

Date et lieu de décès : 3 février 1924

à Washington, DC

Profession : Professeur
Parti politique : Démocrate
Vice-président : Thomas R. Marshall


Woodrow Wilson, 1856 - 1924, est le vingt-huitième président des États-Unis d'Amérique. Il est élu pour deux mandats de 1913 à 1921.

Sommaire

Biographie

Thomas Woodrow Wilson naît le 28 décembre 1856 à Staunton, Virginie. Son père est pasteur de l'église presbytérienne et le jeune Woodrow reçoit une éducation fortement imprégnée de ses croyances. À 19 ans, il entre à l'université de Princeton puis commence des études de droit. Il s'installe en tant qu'avocat mais au bout d'un an il reprend ses études et se tourne vers l'histoire et les sciences politiques. Il présente sa thèse de doctorat à 30 ans ; cette étude en faveur d'un plus grand pouvoir législatif deviendra un classique des études en sciences politiques. Il se résigne à une carrière de professeur d'histoire mais rêve de s'engager en politique. En 1902, il devient président de l'université de Princeton et se lance dans une vaste réforme du système d'enseignement.

Le Parti démocrate le contacte en 1910 et le présente en tant que candidat au poste de gouverneur de l'État du New-Jersey. Il est élu et, en à peine un an, se lance dans une réforme des lois électorales afin d'affaiblir le risque des machinations politiques. Il se fait rapidement remarquer par les chefs du parti au niveau national et réussit à se faire désigner candidat du Parti démocrate en 1912. Son co-listier est un sénateur dont la seule trace laissée dans l'histoire reste cette remarque : « la seule chose dont ce pays a besoin, c'est d'un bon cigare à 5 cents ».

Sa campagne électorale est basée sur l'élimination des conglomérats industriels, la création d'un impôt fédéral sur le revenu et des élections sénatoriales au suffrage universel. Il s'oppose ainsi à T. Roosevelt qui est partisan d'un pouvoir présidentiel fort, garant des libertés, alors qu'il défend la concurrence comme facteur d'équilibre.

Grâce à la division au sein du Parti républicain (T. Roosevelt se représente sous une nouvelle étiquette) W. Wilson est élu.

Présidence

Le premier mandat de W. Wilson est marqué par son attitude vis à vis du conflit qui éclate en Europe, qui deviendra la Première Guerre mondiale. Les États-Unis tentent de rester neutres tout en poursuivant une politique d'accroissement des forces militaires pour faire face à un éventuel engagement forcé. La politique intérieure est aussi influencée par l'attitude des américains d'origines allemande et irlandaise qui soutiennent leurs compatriotes opposés en Europe aux britanniques.

W. Wilson se représente pour un second mandat en 1916. Il est réélu et reste le seul président à avoir gagné deux élections en recevant moins de 50% du vote populaire. Il est aussi celui qui a transformé fondamentalement le rapport de force entre les pouvoirs législatif et exécutif en donnant la prééminence à ce dernier. Le président devient un acteur majeur de la politique américaine et en devient responsable.

W. Wilson est aussi le créateur du système bancaire actuel. Il met en place la "Réserve fédérale", autorité qui régule la quantité d'argent en circulation et le taux d'intérêt de base dans le pays et qui définit les conditions permettant aux banques de disposer de fonds permettant d'accorder des prêts.

En mai 1915, un sous-marin allemand coule un navire britannique, le Lusitania, dont une partie des passagers sont américains. Cet incident génère un fort ressentiment anti-allemand et c'est dans ce climat que se déroulent les élections de 1916 où le Parti socialiste monte une campagne virulente contre l'engagement américain dans la guerre. Son audience est limitée sur le plan national mais il obtient plus de 20% des voix dans certaines villes de la côte Est, dont New-York. Les libertés individuelles sont attaquées par le passage de lois interdisant la critique du gouvernement et les américains d'origine germanique font souvent l'objet d'aggressions de la part de la populace. En 1917, soit trois ans après le début du conflit, les États-Unis interviennent massivement dans la guerre en Europe. La mobilisation de l'économie et de l'industrie est totale et les volontaires s'engagent pour rejoindre les conscrits dans l'armée.

En janvier 1918, avant la fin de la guerre, il adresse un message au congrès américain, qui doit garantir la paix. Ce discours en 14 points « The world must be made safe for democracy » (La paix dans le monde pour l'établissement de la démocratie) réclame notamment la création d'une « League of Nations » ( SDN)). Les autres points serviront de base au traité de Versailles de 1919. L'article 10 du traité de Versailles crée la SDN. Wilson réclame :

Les principes wilsoniens peuvent être résumés en trois mots : autodétermination des peuples, liberté et paix.

En juin 1918, plus de deux millions de soldats américains sont engagés dans la guerre et la victoire est acquise. W. Wilson espère alors modifier radicalement l'ordre mondial, promouvoir les démocraties et la paix. Il participe aux négociations avec les trois autres puissances européennes victorieuses (le Royaume-Uni, la France et l'Italie) qui se terminent par le Traité de Versailles. La ratification du traité se heurte à l'opposition du Sénat et W. Wilson se lance dans une campagne de discours dans les principales villes des États-Unis pour promouvoir le traité et sa "Ligue des nations". Sa santé en pâtit et une attaque le laisse à moitié paralysé. Il finira son manda reclu dans la Maison Blanche en faisant transmettre ses ordres par sa femme et une petite équipe de fidèles.

Durant son mandat, la Constitution des États-Unis est amendée trois fois :

Retraite

W. Wilson abandonne le pouvoir en 1921. Il se retire dans sa maison de Washington handicapé par sa paralysie et un début de cécité. Il continue malgré tout à soutenir son idée de "Ligue des nations" en publiant un livre et des articles. Il meurt le 3 février 1924 et sera enterré dans la cathédrale de Washington, DC.

Hommages

Le Prix Nobel de la Paix lui est décerné en 1919.

Liens

voir : TEXTES sur la paix, les USA, les 14 points de Wilson et la création de la SDN


80px Chronologie des présidents des États-Unis depuis 1789
(voir aussi : Histoire - États-Unis d'Amérique - Maison Blanche)
45px

1789 : Washington
1797 : J. Adams
1801 : Jefferson
1809 : Madison
1817 : Monroe
1825 : J. Q. Adams
1829 : Jackson
1837 : Van Buren
1841 : W. H. Harrison

1841 : Tyler
1845 : Polk
1849 : Taylor
1850 : Fillmore
1853 : Pierce
1857 : Buchanan
1861 : Lincoln
1865 : A. Johnson
1869 : Grant

1877 : Hayes
1881 : Garfield
1881 : Arthur
1885 : Cleveland
1889 : B. Harrison
1893 : Cleveland
1897 : McKinley
1901 : T. Roosevelt
1909 : Taft

1913 : Wilson
1921 : Harding
1923 : Coolidge
1929 : Hoover
1933 : F. D. Roosevelt
1945 : Truman
1953 : Eisenhower
1961 : Kennedy
1963 : L. B. Johnson

1969 : Nixon
1974 : Ford
1977 : Carter
1981 : Reagan
1989 : G. Bush
1993 : Clinton
2001 : G. W. Bush
2004 : G. W. Bush



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia